Quatre Messidor

Publié le par /

Conception contre expérience ?

M4dz a fait suivre un de ces gazouillis que l’ont voit régulièrement passer et qui prétendent illustrer la différence entre la vision des concepteurs d’un produit et l’usage qu’en font les utilisateurs. Les illustrations montrent, traces dans l’herbe à l’appui, que croisétiquette-les-gens ne suivent pas toujours les routes tracées pour eux. Mais ces illustrations sont mensongères. Ou du moins, on cherche à leur faire dire autre chose que ce qu’elles montrent. Elles disent uniquement qu’une partie des utilisateurs préfère couper dans l’herbe plutôt que suivre le chemin goudronné tracé pour eux. Mais elles ne disent rien de tous ceux qui utilisent le chemin goudronné parce qu’il correspond à leurs besoins. Elles ne disent rien non plus de ceux qui choisissent d’autres chemins, mais ne sont pas assez nombreux pour que leurs pas laissent une trace dans l’herbe.

Ces images pourraient en fait être interprétées de bien des manières. Tous les utilisateurs n’ont pas les mêmes besoins, si l’on voulait satisfaire tout le monde, il faudrait tout goudronner ; les utilisateurs préfèrent marcher dans l’herbe que sur un sol plus dur ; les utilisateurs ont besoin d’être éduqués pour respecter les espaces verts… Bref, ces images ne permettent pas d’accréditer une opposition entre des concepteurs sourds et aveugles dans leur tour hors du sol, et des usagers qui adaptent le produit à leurs besoins.

Schizophrénie

Après son discours sur la société numérique, antithèse exacte des lois qu’il fait voter, Valls a donné une nouvelle preuve aujourd’hui de sa schizophrénie : « Ce qu’il faut éviter c’est de stigmatiser, de montrer du doigt, d’accroître les fractures qui existent dans notre société. (…) » Il a dénoncé les gens qui choisissent de débattre de manière « stigmatisante, celle qui consiste en général à dresser les gens les uns contre les autres, de tenir des propos blessant (…) ». Des mots sortis de la bouche de celui qui il y a deux ans, à propos des Roms, déclarait entre autres « Les occupants de campements ne souhaitent pas s’intégrer dans notre pays pour des raisons culturelles ou parce qu’ils sont entre les mains de réseaux versés dans la mendicité ou la prostitution. ». Des propos qu’on ne saurait qualifier de stigmatisants ou blessants.

La France ne peut que s’enorgueillir de ne pas discriminer ses citoyens atteints de troubles mentaux aigües, et de leur permettre d’accéder aux plus hautes fonctions. Par contre, il semblerait que l’accompagnement des malades pêche un peu, et que monsieur Valls ait oublié depuis fort longtemps de prendre son traitement.

Pour réagir, n'hésitez-pas à m'écrire : clochix chez clochix.net ou à soumettre l'url de votre commentaire :
(Je traite les mentions à la main, elles peuvent mettre plusieurs jours avant d'apparaître)

Si vous avez un compte Github, vous pouvez me proposer des corrections en éditant ce billet

Fork me on GitHub