Les silences de Siri

Publié le par /

Code Is Law, c’est le code (informatique) qui définit la loi. Vérité, mais trop abstraite pour que nous en prenions conscience. Ça va mieux avec des exemples. Au fur et à mesure que nous nous reposons de plus en plus sur des prothèses numériques, nous devrions être au moins vigilants sur les valeurs que leurs créateurs y insufflent. Car oui, nos prothèses ont une âme. Le nouvel exemple vient de Siri, l’assistant personnel, dernière création d’Apple, sorte de bon génie qui essaie de répondre à toutes les questions de son maître1.

Aux USA, des femmes ont réalisé l’expérience d’essayer d’utiliser Siri pour trouver un endroit où réaliser un acte médical, une IVG. À Washington DC, Siri les a orientées vers deux services de militants anti-avortement plutôt que vers le planning familial local. À New York, Siri ne connait aucune clinique où pratiquer une IVG. Les mêmes questions posées à Google ramènent pourtant de nombreuses adresses. Siri ne semble pas mieux renseignée sur la contraception, ou le contrôle des naissances. Elle n’a cependant pas l’air d’être totalement ignare en matière de sexualité, puisqu’elle est capable d’indiquer comment obtenir du Viagra, trouver des prostituées ou des clubs de strip-tease, et même ce qu’il faut faire si l’on a un hamster coincé dans le rectum.

Difficile de croire, au vu du lourd passif d’Apple, que tout cela résulte d’un hasard et non d’une volonté délibérée. L’IVG est autorisée aux USA par les lois votées par des représentants des citoyens. Mais la loi n’est qu’une lettre morte sans moyens de l’appliquer. L’accès à l’information est un de ces moyens. Les concepteurs de Siri ont voté une autre loi, décidant que l’information sur l’IVG ne serait pas disponible via leur outil. Et cette loi est en train de s’imposer aux utilisatrices et utilisateurs de l’assistante d’Apple, sans probablement qu’ils en aient conscience. Avant de confier des enfants à une baby-sitter, nous vérifions généralement ses références, cherchons à la connaître un peu. Ne serait-il pas judicieux, de même, de consulter son CV avant de se laisser guider par une prothèse ? Êtes-vous prêts à ce que la petite fille d’un trombone, élevée par des culs serrés, devienne une de vos principales conseillères ?

Les informations de ce billet proviennent des articles « 10 things the iPhone Siri will help you get instead of an abortion » de Megan Carpentier et « What’s the Deal with Siri ? » de « Banana Grabber ». Je ne les ai pas vérifiées.

PS: à propos de compagnie virtuelle, je vous conseille la jolie nouvelle publiée il y a quelques jours par @jean-no sur son carnet : « La sœur de poche »

  1. il faut au passage saluer une fois de plus le talent d’Apple pour le recyclage. Siri est le descendant de toute une lignée d’assistants comme ceux de Bob. Mais là où les trombones n’ont suscité que moqueries, leur descendant Siri semble pris plus au sérieux;

Pour réagir, n'hésitez-pas à m'écrire : clochix chez clochix.net ou à soumettre l'url de votre commentaire :
(Je traite les mentions à la main, elles peuvent mettre plusieurs jours avant d'apparaître)

Si vous avez un compte Github, vous pouvez me proposer des corrections en éditant ce billet

Fork me on GitHub