Mitchell Baker, la production joyeuse et la consommation élégante

Publié le par /

Matt Thompson, qui s’occupe d’éducation au sein de Drumbeat, a cité sur son carnet un extrait d’un discours de Mitchell Baker lors du Festival Mozilla à Londres. Je me permet à mon tour de proposer une rapide traduction de cet extrait1. La vidéo de cette conférence est disponible :

Dans les premiers jours du Web, c’était un monde de créateurs. Une des raisons pour lesquelles le Web a explosé est que peu importe la page que vous consultiez, vous pouviez l’examiner, voir comment elle était faite et le réutiliser. Ainsi, la première génération du Web était celle de la fabrication.

Récemment, nous avons vu que cela commençait à changer. Aujourd’hui l’essentiel du Web concerne la consommation. Combien nous pouvons consommer, et comment le faire de manière élégante ? Je considère les iPhones et les iPads comme le summum actuel de la « consommation élégante ». Ils ne sont pas particulèrement destinés à vous apprendre à créer, bien qu’ils puissent être utilisés dans ce but. Mais la principale raison qui, en tant que consommateurs, nous amène à les utiliser est qu’ils sont beaux, ils sont faciles à utiliser et ils nous permettent de consommer ce qui nous intéresse.

Pendant ce temps, la dimension créative demeure forte parmi certains groupes de gens. Et pour ceux d’entre nous qui sommes attirés par cette dimension, ou qui la vivent, ou qui dans d’autres pans de leur vie aiment créer des choses, être capable de regarder l’Internet et le Web et d’en faire partie lorsque nous le voulons est quelque chose à la fois d’épanouissant et qui nous rend plus fort.

Il y a des gens dans le monde qui ne comprennent pas que le Web est juste comme les objets physiques — il suffit d’un peu de compréhension, d’un peu de plaisir et d’un peu d’apprentissage pour en faire partie. Vous pouvez être transparent. Il n’a pas besoin d’être secret, obscur ou inquiétant.

Une partie de ce que nous faisons chez Mozilla est donc d’abaisser cette barrière. Et d’essayer d’amener dans le monde en ligne l’esprit de création2 qui nous est familier dans le monde physique. C’est possible de la même façon. C’est gratifiant de la même manière lorsque vous l’apprenez. Et cela ouvre un vaste champ de nouvelles idées.

  1. message personnel: Goofy, tes relectures me manquent !

  2. l’expression originale est maker ethic, qui me semble désigner l’état d’esprit qui inspire le mouvement du DIY.

Pour réagir, n'hésitez-pas à m'écrire : clochix chez clochix.net ou à soumettre l'url de votre commentaire :
(Je traite les mentions à la main, elles peuvent mettre plusieurs jours avant d'apparaître)

Si vous avez un compte Github, vous pouvez me proposer des corrections en éditant ce billet

Fork me on GitHub