Décroissance

Publié le par /

Le principal fait marquant de 2010, du point de vue de mes apprentissages, a probablement été mon retour à la console. En partie par réaction à l’envahissement de mon entourage par des Macs, en partie poussé par des contraintes techniques. Voilà plusieurs années que, cédant au marketing sur la « professionnalisation » de PHP, j’utilisais une usine à gaz censée faire « pro », à savoir Eclipse. Mais en 2010, j’ai dû me rendre à l’évidence. Faire tourner Eclipse (1Go) + Firefox (1Go)1 + un environnement de développement avec serveurs Web, bases de données, moteur de recherche, etc, nécessitait une machine avec 4Go de RAM pour être confortable. Or je n’avais pas envie d’entrer dans une course à la mémoire. Heureusement, c’est à ce moment là que j’ai eu la chance de travailler quelques mois avec @futurecat, utilisateur convaincu et convainquant de Vim. Je voulais depuis longtemps sauter le pas, sans oser me lancer. Marc m’a prouvé que Vim n’avait rien à envier, bien au contraire, aux IDE de kakous, et m’a aidé à me constituer un environnement. Qu’il en soit remercié. J’ai donc pu me débarrasser de ce bloatware d’Eclipse.

2010 a également été l’année où je suis passé à Firefox 4. Un millésime qui apportait avec moult pépites mais une grosse régression, de mon point de vue du moins : la fin du support des applications Web développées en XUL2. Or, j’utilisais quotidiennement une application Web en XUL, qui était au centre de mes communications, puisqu’elle comportait un client mail et un client XMPP capables chacun de gérer plusieurs comptes. Une seule URL, accessible de partout via Firefox, me permettait donc d’accéder à l’essentiel de mes moyens de communications. Avec l’arrivée de Firefox 4, il m’a fallu trouver un remplaçant à cette application, pour pourvoir continuer à lire mes mails et papoter de partout. Emporté par mon enthousiasme pour Vim, j’ai décidé de continuer mon retour à la console en passant à Mutt et Irssi, les deux tournant sur mon serveur à l’intérieur d’un screen3$ sur mon serveur.

Mutt n’est pas simple à prendre en main, mais heureusement sa documentation est très complète, et à présent que j’ai retenu les quelques commandes indispensables, il répond correctement à mes besoins. J’ai encore un peu de mal avec certaines fonctionnalités (la gestion des dossiers IMAP par exemple), et il faudrait peut-être que je passe à une version patchée.

En matière de papotage, irssi est un grand classique, suffisant mais sans plus. Sans doute n’ai je pas encore assez creusé du côté des scripts pour le rendre plus utilisable. Me manque surtout la correction orthographique (aucun des deux scripts que j’ai testés ne me satisfait). Quant au plugin XMPP, il fonctionne, mais plante de temps en temps et manque un peut d’ergonomie. Ma prochaine évolution sera sans doute de donner sa chance à weechat ou de passer à un client XMPP spécifique.

En quelques mois, une bonne partie de mon activité s’est ainsi trouvée déportée « dans le nuage », mais un nuage que je contrôle, un petit VPS. Ma machine s’en est trouvée grandement allégée, et, mes besoins ayant sérieusement diminué, je me suis enfin décidé à m’équiper d’un portable. J’ai opté pour une machine d’occasion, petit disque, 1Go à peine de mémoire, largement suffisante pour faire tourner Firefox et quelques terminaux (mon gestionnaire de fenêtres est depuis très longtemps Fluxbox, dont l’empreinte mémoire est négligeable). J’utilisais le même modèle professionnellement il y a 6 ans, et il me suffisait pour développer, c’est toujours vrai aujourd’hui.

Je n’ai jamais été un fan de matériel. Ne jouant pas, je n’ai jamais investi dans des machines puissantes, me contentant de suivre l’évolution des configurations de base. Mais je crois que désormais je vais arrêter de suivre cette évolution, et en rester à ma configuration actuelle: une machine d’occasion, petit processeur et 1Go de RAM. Elle suffit largement à mes usages. Bien sûr, je suis un gros geek aux usages extrêmement pauvres. Pas d’édition de musique ou de vidéo, à peine un peu de Gimp de temps en temps. La voie que j’essaie d’emprunter pour réduire l’empreinte de mon usage des gadgets électronique est un chemin de traverse qui ne conviendrait qu’à peu de gens. Hors de question de lancer une machine virtuelle pour tester un site sous windaube par exemple. Je n’ai pas non plus essayé de compiler Firefox sur cette machine, je pense que je la mettrais à genoux bien plus d’une heure. Qu’importe, elle suffit largement pour 95% de mes usages, et pour les autres, j’utilise au besoin des machines plus puissantes auxquelles j’ai accès. Mais je suis heureux d’avoir bifurqué sur ce chemin. Outre de me donner bonne conscience (« faites un geste pour l’environnement », je sais que cela reste très symbolique et insuffisant), elle m’a permis de retrouver le plaisir de la console.

  1. non que Firefox soit particulièrement gourmand, mais j’ai en permanence trois instances qui tournent, l’une pour développer, la deuxième pour surfer, et la troisième pour les opérations demandant un minimum de sécurité. Chacune est bien sûr gavée d’extensions, et j’ai souvent des dizaines d’onglets ouverts. Aujourd’hui, les gros progrès faits dans les dernières versions et l’utilisation de l’extension Dormancy ont considérablement réduit l’occupation mémoire de Firefox.

  2. en fait, elles sont toujours supportées, via l’installation d’une extension, mais je l’ai découvert trop tard.

  3. je me tâte pour échanger screen contre tmux, dont la gestion des “splits” me semble plus élégante. Ne me retient que la licence, screen étant sous GPL quand tmux est BSD.

Pour réagir, n'hésitez-pas à m'écrire : clochix chez clochix.net ou à soumettre l'url de votre commentaire :
(Je traite les mentions à la main, elles peuvent mettre plusieurs jours avant d'apparaître)

Si vous avez un compte Github, vous pouvez me proposer des corrections en éditant ce billet

Fork me on GitHub